AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Illis, Maitresse des Epées

Aller en bas 
AuteurMessage
Illis
Maitresse des Epées
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 38
Date d'inscription : 02/06/2008

Feuille de personnage
HP:
140/140  (140/140)
MP:
70/70  (70/70)
Competences:

MessageSujet: Illis, Maitresse des Epées   Lun 2 Juin - 14:58

------------

Nom :
Asuryan

Prénom :
Elenwendë

Nom de code :
Illis

Sexe :
Féminin

Age :
24 Printemps d'apparence

Rang :
Maitresse des Epées

Groupe :
Membre Neutre pour le moment

Identité :
Ancienne Soldier

Lieu de naissance :
Midgard

Situation/But :
Se réveillant juste depuis la fusion des mondes, Elenwendë erre pour le moment sans le moindre but.

Connaissance du forum :
Partenariat




Profil :
Elenwendë est de taille plutôt moyenne, si ce n'est petite, tout en étant très légère. Ses longs cheveux blancs nacrés, tombant jusqu'au niveau de ses cuisses semblent être un voile de neige posé sur la tête du Soldier. Les mèches les plus courtes se déposent sur le visage de la jeune femme cachant ainsi son front, surplombé par une tiare double ornée de nombreux joyaux de Midgard. Elle possède de grands yeux d'un bleu profond et assez foncé, contrastant avec son très fin nez, lui même surplombant la petite bouge d'Illis. Richement vêtue due à son rang relativement élevé dans la Shinra, Elenwendë porte de manière presque constante sa Tunique d'Altrazar, longue tunique bleue foncée, ornée de cinq joyaux, respectivement positionnés au niveau des deux épaules, du bas du dos, et deux au plus bas de la tunique, tombant derrière les jambes de la Soldier jusqu'à ses talons.
La tunique possède des manches courtes, brodées à leurs extrémités avec un fin tissu blanc rappelant les origines pures d'Elenwendë. Sur sa facade, la tunique ne couvre qu'une partie du buste, ainsi que le ventre, où les deux côtés se rejoignent gracieusement à l'aide de deux boutons d'or. L'ensemble de la tunique est brodée de fils d'or. Elenwendë porte également une ceinture d'or, ornée de plusieurs pierres précieuses qui y sont suspendues. Sous sa Tunique d'Altrazar, Elenwendë porte les vêtements des Soldier de première classe remis au gout du jour féminin, un habit d'un bleu profond, légèrement plus foncé que les yeux de la jeune femme, relativement similaire à la couleur de la tunique, brodé de nombreux motifs d'un tissu blanc d'une grande pureté. Cet habit est lui-même parsemé de pierres précieuses assez petites, et, au niveau du col, un saphir pur y est incrusté. Cet habit est en deux parties, la première recouvre une grande partie du corps supérieur d'Illis, ne laissant apparaitre uniquement le haut de son torse. La seconde partie est en fait une paire de fins gantelets gracieux qui ne laissent apparaitre, avec la tunique, que les bras au niveau des biceps fin de la Soldier, les mains ne sont cependant pas couvertes par ses fins gantelets. Ses jambes sont quant à elles recouvertes de bottes hautes noires lassées dans un corset sur les côtés extérieurs des jambes, le tout surplombé par une fine dentelle au niveau des cuisses, terminant les bottes hautes. L'ensemble d'Elenwendë ne laisse finalement apparaître de son doux et fin corps que le haut de son torse, ses bras au niveau de ses biceps en partie, ses mains, et le haut de ses cuisses sur la façade de son corps, ses dernières étant cachées de dos par la tunique d'Altrazar. A sa main droite, Elenwendë porte trois anneaux, respectivement sur l'index, le majeur et l'annulaire. Et, à son bassin, trône l'épée d'Hoeth, qu'elle porte en tant que digne descendante d'Aenarion, premier utilisateur de cette lame qui est aujourd'hui une véritable relique pour tout Soldier. Le long fourreau noir de l'épée est orné de vieux symboles d'or, tandis que la garde de l'épée, est sertie d'un saphir de taille moyenne, signant la jointure des deux parties de l'épée, et, bien que le pommeau de cette dernière semble suffisamment grand pour pouvoir accueillir deux mains, tel n'est pas le cas, la garde de l'épée d'Hoeth est en effet telle que seule une main peut y être posée. De plus, il est assez difficile d'en démunir son possesseur, de part la forme de cette garde qui entoure de manière élégante la main de son propriétaire de droit. La lame est à double tranchants, et est incrustée de symboles cyans ne manquant pas de rappeler, à raison, ceux qui ornent le fourreau de la lame. C'est avec une grande fierté qu'Elenwendë porte cette épée à son flanc.


Caractère :

Descendante d'Aenarion, Elenwendë, a hérité des principaux traits de caractère de ce dernier, et, lorsqu'elle y est amené, elle sait montrer qu'elle possède une volonté inébranlable. Cependant, confrontée au danger, Elenwendë montre bien souvent un certain sentiment de pitié qui lui est propre envers ses adversaires et se refuse bien souvent à leur porter le coup de grâce, se sentant pour la plupart du temps bien supérieur à ceux qui lui sont donnés d'affronter. En effet, Elenwendë n'éprouve du respect qu'envers son père et maitre, Lucarion, lui-même petit fils d'Aenarion. Dans ses affrontements, Elenwendë, la très grande majeure partie du temps, se bat au niveau de son adversaire, lui laissant croire, lorsqu'elle lui est supérieure, qu'il a toutes ses chances de l'emporter, pour finalement, l'emporter sur un fil de cheveux, sans tuer son adversaire, tout en lui avouant qu'elle ne se battait pas réellement depuis le début du combat. Ainsi, par delà sa beauté et sa discrétion naturelle, en plus du fait qu'elle soit de nature réservée, Elenwendë s'avère être, presque comme tout Soldier qui se respecte, une personne plutôt exécrable pour les autres humains. Et, si elle peut paraître être une personne douce et aimable au premier abord, Elenwendë n'en est pas moins une personne au fond assez odieuse qui fera presque tout pour parvenir à ses fins. Bien qu'elle se comporte de manière très noble envers le peuple de Midgard, cette idée que le peuple se fait d'elle n'est que l'illusion qu'elle leur fait afin de demeurer populaire auprès de tous. Malgré son rang de Soldier de première classe, Elenwendë ne se prête pas directement aux missions les plus importantes de la Shinra.


Signe particulier :
Elenwendë a comme signe particulier son apparence tout simplement. En effet, n'importe qui ayant ne serait-ce qu'eut un léger échos de ses faits d'armes pourra la reconnaitre sans mal à son apparence globale.


Dernière édition par Illis le Lun 2 Juin - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Illis
Maitresse des Epées
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 38
Date d'inscription : 02/06/2008

Feuille de personnage
HP:
140/140  (140/140)
MP:
70/70  (70/70)
Competences:

MessageSujet: Re: Illis, Maitresse des Epées   Lun 2 Juin - 14:59

Chapitre 1
La Dernière Descendante d'Aenarion



Elle était au milieu des plaines, les yeux bandés, des multitudes de flammes crépitaient autour d'elle, la chaleur était insoutenable, aucun son hormis celui du feu n'était perceptible. Épée en main, elle était très légèrement vêtue, seulement un fin drapé grisâtre recouvrait sa peau blanche. La jeune elfe, reconnaissable à ses oreilles assez longues semblait être très tendue, presque l'intégralité de son corps était tremblant, sa lame chancelait de concert avec les flammes tout autour d'elle. Elle semblait se préparer à quelque chose, mais les conditions plus que difficiles réduisaient presque au néant l'intégralité de ses sens. Soudain, alors qu'une faible brise souffla sur son côté droit, le corps de la jeune fille, âgée seulement d'une quinzaine d'années jusqu'alors, se redît d'un coup pour faire un geste vif avec sa lame sur le côté, comme pour parer une attaque, et un son caractéristique d'entrechoquement d'épées retentit dans les oreilles de la jeune Soldier qui fut projetée au sol. Un grand homme apparu alors à côté d'elle, la regardant de haut, le regard sévère, il tenait dans sa main une longue lance, et portait sur son dos une côte de maille. Soudain, il prit la parole, avec une voix dure et sèche.

"C'est quoi cette garde minable ? Ton mouvement était sans le moindre sens, sans la moindre esthétique, l'intégralité de tes mouvements doivent être gracieux, beaux, envoutants, ton adversaires doit perdre son combat dès l'instant où il te regarde, obnubilé par tes mouvements superbes. Tu n'as pas besoin de voir pour te battre! Tu n'as pas besoin d'entendre pour te battre! Ni besoin de sentir! Tu es une Soldier! Tu es la dernière descendante d'Aenarion! Tu dois faire honneur à ce fière combattant, ancien Héros Soldier! Relèves-toi! Tu ne rentreras pas à Midgard tant que tes mouvements de défenses ne seront pas parfaits! Tu as déjà appris plusieurs Arts de Combats, sers-t-en! La lame que tu tiens, elle ne te sert pas à te défendre, ou à attaquer ton adversaire, mais à l'enchanter dans ta danse somptueuse pour l'emmener dormir à jamais dans les bras de la faucheuse, souviens-t-en! Maintenant relèves toi, et prépares toi une nouvelle fois! Ce ne sont pas tes sens qui doivent te guider pour parer ou porter une attaque, mais ton instinct, il doit être sans faille. DEBOUT!"

Sans le moindre mot, la jeune fille, se releva doucement, reprenant sa lame dans sa main droite, l'expression sur son visage avait changée, elle semblait résolue, prête. Dans sa tête, elle avait fait le vide : elle ne voyait pas? Tant pis, inutile de voir quand l'adversaire se déplace beaucoup trop vite pour pouvoir le suivre. Elle n'entendait rien? Tant pis, inutile d'entendre quoi que ce soit lorsque son adversaire sait marcher sur les vents afin de ne pas provoquer le moindre son à chacun de ses déplacements. Elle ne sentait rien? Tant pis, les Soldiers n'ont aucune odeur que celle de la mort qu'ils apportent au champ de bataille. Telles étaient les paroles de son maitre, c'était l'unique chose qu'elle entendait dans sa tête désormais. Son instinct, comment se repérer grâce à l'instinct? Comment éviter une attaque parfaite juste avec l'instinct? C'était une grande question à laquelle elle se devait de trouver la réponse au plus vite. Comme par reflexe pour mieux se défendre d'un adversaire qu'elle ne pouvait ni voir, ni entendre, ni presque anticiper, la jeune fille prit dans sa main libre le fourreau de son épée. Cette épée, ce n'était pas n'importe laquelle, il s'agissait de l'épée d'Hoeth, gravée de dizaines de symboles écrits dans un langage oublié depuis bien des déades déjà, cette épée à double tranchant possédant deux lames blanches et la partie centrale de l'épée bleue gravée de ces symboles. L'épée d'Hoeth avait été celle forgée pour servir Aenarion Asuryan, une partie de son sang réside dans cette épée, et, ainsi, il est dit que seuls ses héritiers purs, dans lesquels coule son sang, ont la faculté de manier cette épée qui n'a pourtant pas de pouvoirs magiques spécifique, mais une valeur symbolique auprès de tout les êtres ayant entendus le nom de son premier porteur. Jamais celle lame ne fut reforgée, jamais elle ne fut brisée, jamais elle ne fut ternie par un sang indigne de son tranchant. La garde de l'épée d'Hoeth était d'une élégance impressionnante, de fines lamelles d'or partaient de la jointure entre la lame et le pommeau pour envelopper et protéger la main de son propriétaire en rejoignant plus loin le pommeau de l'épée d'Hoeth. C'était comme si cette garde avait été forgée une fois que le propriétaire de l'épée avait placé sa main sur le pommeau. L'épée était tout aussi harmonieuse que le style de combat des Soldiers la maniant. Son fourreau n'était pas en reste, orné de nombreux symboles d'or, il avait, au même titre que la lame qu'il enfermait, une valeur de relique. Cette jeune fille, tout juste âgée de quinze ans, descendante d'Aenarion, maniant sa lame, et brandissant avec elle son fourreau pour une raison quelconque, était nommée Elenwendë, et elle était promise à un glorieux destin au coeur de la cité de Midgard.

Lame dans une main, fourreau dans l'autre, elle s'apprêtait à faire quelque chose. Son maitre voulait non seulement qu'elle contre son attaque, mais également qu'elle effectue des mouvements dignes des Soldiers, des mouvements artistiques sans pareille. Et elle comptait bien s'y exécuter. Cependant, elle allait contourner une des demandes de son maitre actuel. En effet, elle n'allait pas utiliser son instinct, enfin, pas comme il l'entendait précédemment. Elle commença alors à faire tourner dans ses mains, grâce à des mouvements habiles de ses doigts, le fourreau et l'épée d'Hoeth, qui décrivaient tout deux des cercles amples autour d'Elenwendë. Et, plus elle accélérait, plus les mouvements se faisaient harmonieux, plus elle semblait sombrer derrière un écran bleuté et doré formé par la lame d'Hoeth et son fourreau. Immobile, elle attendait, elle attendait le coup de son maitre, le coup qu'elle allait déjouer. Lui, il regardait, les yeux écarquillés, l'air ébahis, il n'en croyait pas ses yeux. Il reconnaissait là un grand Art de Combat, la protection d'Hoeth. L'exécuter avec une telle maitrise demandait aux plus talentueux des Soldiers plusieurs années d'entrainement acharné, mais elle était en train de l'exécuter comme si c'était un automatisme pour elle. Etait-ce vraiment la première fois qu'elle utilisait cette technique? Oui, et elle n'avait même pas conscience qu'elle était en train d'accomplir un véritable exploit. Etait-ce là le talent des véritables Soldiers? Naquis du sang d'Aenarion? Durant plusieurs secondes, un flot incessant de questions fusait dans l'esprit du Soldier entrainant la jeune Elenwendë, mais rapidement, il se ressaisit. Empoignant sa lance à deux mains, il était temps pour lui de vérifier l'étendue de cette protection d'Hoeth, son efficacité, et à quel degré la jeune fille pouvait l'utiliser. Fondant sur la descendante d'Aenarion, le maitre donna un puissant coup de lance droit, fort, maitrisé, en direction de cette protection d'Hoeth improvisée. Ce fut le choc, la lance du maitre d'arme fut projetée dans les flammes par ce choc avec la protection de la jeune Elenwendë qui fut également repoussée, stoppant net son utilisation de l'Art de Combat qu'elle venait de découvrir d'elle-même, comme guidée par la volonté d'Aenarion à travers sa lame. La jeune elfe était au sol, inconsciente, surement épuisée par ses efforts répétés, mais avait elle conscience de se réussite? Avait-elle été consciente jusqu'au bout?

Lorsqu'elle ouvrit de nouveau les yeux, il n'y avait plus aucun incendie aux alentours, aucune marque des flammes, et au dessus d'elle, son maitre l'observait, elle avait dormit? Et il l'avait laissé faire? Ça ne pouvait vouloir dire qu'une seule chose, elle avait réussi, sa technique avait fonctionné. Cependant, même reposée, elle était encore très fatiguée et ne parvint pas à se lever. Elle tenta dans un ultime effort de se redresser, comme pour montrer à son maitre sa volonté de s'entrainer, de lui prouver sa valeur, cependant, cet effort fut vain, et, alors qu'elle ne parvint à se lever que de quelques centimètres, elle retomba aussitôt sur son lit de fortune dressé par son maitre pour la laisser se reposer au calme.


"Tu es encore fatiguée malgré 3 jours complets de sommeils? Eh bien...On dirait que je ne t'ai pas ménagé durant ces 6 mois d'entrainements intensifs..."

Alors que sa voix se faisait plus douce, plus calme, il prit d'un coup Elenwendë sur son dos et commença à marcher vers le nord. Comme si il ne faisait, à l'instant où Elen' s'était réveillée, qu'une petite pause avant de continuer sa route. Toujours était-il qu'il était...gentil? C'était la première fois qu'Elenwendë le voyait ainsi, c'était peut-être là sa véritable nature? Sans doute, mais l'idée d'avoir été trompée pendant plus de 6 mois par cette personne était assez douloureuse pour la fillette qui, encore jeune, était toujours discrète et réservé, s'attachant avec force aux anciennes valeurs de son ancêtre, celles qu'il prônait encore lorsqu'il était considéré comme un Héros parmi les Héros en tant que Soldier.

"La technique que tu as utilisé il y a 3 jours...Etait sublime...Tu maitrise tes mouvements à la perfection, et pouvoir utiliser une telle technique à l'improviste dans une telle situation et vu ton état physique en est la preuve...Reposes-toi maintenant, la route vers Midgard est encore longue...Et là-bas, ton père te prendras de lui-même sous son aile afin de parfaire ton entrainement..."

Alors qu'il continuait de parler, Elenwendë se perdait dans ce flot de paroles, elle n'en entendait presque plus, elle s'endormait de nouveau, sa fatigue était immense et l'intégralité de son corps était exténué. Même pour une Soldier, 6 mois d'entrainement presque sans le moindre repos, dans des conditions extrêmes, avec que le strict minimum de nourriture et d'eau, c'était d'une difficulté immense, surtout pour une fille de son âge qui ne commençait qu'à peine son dur entrainement. Elle allait devoir maintenant parfaire l'intégralité des Arts de Combats qu'elle avait appris jusqu'à maintenant, et développer son propre Art de Combat Supérieur, et après cela...

"Elle deviendra une des plus grandes Maitresses des Epées, une grande Soldier de première classe sans le moindre doute..."


Dernière édition par Illis le Lun 2 Juin - 17:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Illis
Maitresse des Epées
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 38
Date d'inscription : 02/06/2008

Feuille de personnage
HP:
140/140  (140/140)
MP:
70/70  (70/70)
Competences:

MessageSujet: Re: Illis, Maitresse des Epées   Lun 2 Juin - 14:59

Chapitre 2
Soldier Première Classe



Cela faisait maintenant cinq ans que cet entrainement s'était déroulé. A son retour à Midgard, elle avait été accueillit par son père, Lucarion Asuryan, un noble Soldier reconnu de tous pour ses multiples valeurs. Le véritable entrainement d'Elenwendë, désormais connue sous le nom de code "Illis" allait commencer dès à présent, mais qu'avait-elle fait durant ses cinq longues années? Elenwendë avait passé ses journées à alterner entre les études diverses de la compréhension de la magie, de l'intégralité des textes intéressants de la Bibliothèque de Midgard, ainsi que de s'entrainer avec son père à parfaire ses Arts de Combats tout en en développant de nouveaux. La Soldier descendante d'Aenarion avait maintenant environ 20ans et son style de combat n'avait rien à envier à celui du plus expérimenté des guerriers Soldier. Cependant, il lui manquait quelque chose pour pouvoir prétendre au titre de Maitresse des Epées, de Soldier Première Classe, auquel elle était promise depuis son plus jeune âge. Elle avait beau connaitre de nombreux Arts de Combat, il lui manquant quelque chose, une technique qui lui soit propre. Une technique que seule elle pourrait utiliser. Une technique alliant maniement parfait de l'épée, style de combat tout aussi parfait, et alliant maitrise de la magie. Ce type de techniques était appelé Art de Combat Supérieur. Et chaque Soldier de Première classe en possédait au moins un qui lui était propre, qui le caractérisait, qui prouvait aux yeux de tous sa valeur. Aujourd'hui, Elenwendë avait acquis un certain savoir, une certaine technique des arts de combats, elle était prête pour son ultime entrainement, son entrainement durant lequel elle allait développer sa propre technique, son Art de Combat Supérieur.

Revêtant une côte de maille, Elenwendë, épée d'Hoeth attachée à son flan gauche était prête. Entrant dans une très large salle circulaire, Elle était seule avec son père, qui semblait se diriger vers la sortie de la pièce qui était en train de se refermer.


"Ceci est ton dernier entrainement...Ou bien tu y développe ta technique d'Art de Combat Supérieur, ou bien tu mourras...Bonne chance..."

Bonne chance. Les derniers mots de son père, si il lui souhaitait bonne chance pour sa dernière épreuve, c'est qu'elle était d'une difficulté effroyable, et, rien que cette idée, rien qu'avec deux mots supposés l'encourager, Lucarion avait en fait donné des sueurs froides à sa fille. Et, alors que la salle d'entrainement N°49 de la Shinra fut fermée dans son intégralité, de nombreux symboles apparurent sur les murs, signes d'une magie puissante, probablement pour préserver l'architecture d'un combat à venir. Sa stupeur fut totale lorsqu'elle aperçu son propre double. C'était ça, l'entrainement final? Remarque, c'était logique, son père n'avait pas mâché ses mots, si elle ne développait pas une technique suffisamment puissante pour se vaincre elle-même, elle allait être tuée. Mais cette condition lui allait parfaitement, elle était habituée aux combats à risques et dans de difficiles conditions depuis son entrainement avec son premier maitre.

Les deux femmes avaient adoptées des postures identiques. Main droite tenant fermement l'épée d'Hoeth, placée devant le corps, légèrement inclinée vers l'avant. Le corps placé de profil, regard placé juste à côté de leur cible respective, mais gauche placée sur le fourreau de la lame, les deux jambes délicatement fléchies. Elles étaient prêtes, toutes deux, à s'adonner à un combat fatal, redoutable, sans le moindre répits. Passé une dizaines de secondes à s'observer plus ou moins mutuellement dans des pauses identiques, les deux Soldiers se jetèrent l'une sur l'autre, bondissant dans les airs de la pièce, ne provoquant pas le moindre bruit. L'impulsion donné à chacune des jambes des deux Illis avait été suffisante pour les amener très proches l'une de l'autre, à portée de touche. Elenwendë n'allait pas tester les défenses de son adversaire, elle les connaissait, elle savait comment elle allait réagir à chacune de ses actions, et savait que son double pensait exactement la même chose. L'unique moyen de pouvoir la toucher et la vaincre était de développer cette technique ultime, mais elle n'allait pas rester les bras croisés jusqu'à l'aube. Les deux lames filèrent dans les airs, se frôlant l'une et l'autre, se dirigeant vers le visages de leurs adversaires respectif. Tout en déviant la trajectoire de sa lame vers le bras de son adversaire, qui serait beaucoup plus aisé d'atteindre, Elenwendë décala agréablement son visage, yeux fermé, à l'expression sereine, sur le côté, laissant filer l'épée à quelques millimètres de son oreille, tandis que son double avait déviée la trajectoire de l'épée de la vraie Illis à l'aide de sa main libre en appuyant assez fortement sur la partie non tranchante de la lame de l'épée d'Hoeth, montrant bien qu'elle connaissait tout d'Elenwendë, car nul être était capable d'une telle prouesse en combat réel. La seconde suivante, les deux adversaires retombèrent gracieusement au sol, se rattrapant toutes deux sur les pointes des pieds, reprenant aussitôt appuis sur le sol pour bondir une nouvelle fois vers l'adversaire. Le double adoptait cette fois un pause de combat bien précise qu'Elenwendë connaissait bien.


"Art de Combat : La Fureur de la Tempête"

Ce double n'y allait pas de main morte, elle utilisait dès le début une des techniques les plus puissantes d'Elenwendë, qui voyait arriver vers elle une multitude de lames, vision provoquée par la beauté et la perfection des mouvements effectués par son double. Elle décida d'utiliser également une de ses techniques afin de parer une telle technique, qu'après tout, elle connaissait parfaitement.

"Art de Combat : La Branche de Saule"

Chacun des coups du double était effectué avec un certain manque de précision compensé par une vitesse d'action redoutable. Cependant, ce manque de précision permettait à Elenwendë, utilisant son Art de Combat favori d'éviter majestueusement, uniquement avec des mouvements amples et parfaits de corps, laissant filer la lame ennemie dans les airs à quelques centimètres de la future Maitresse des Epées. Tout coup qui n'était pas ainsi évité et qui potentiellement pouvait atteindre Illis était dévié par l'épée d'Hoeth, habilement maniée par Elenwendë en connaissance parfaite de l'Art de Combat utilisé par son double, lui permettant une aisance d'autant plus ample dans ses mouvement d'esquive. Elenwendë fut forcée à reculer ainsi durant 5 secondes environ jusqu'au moment où, arrivée à quelques centimètres du mur du fond de salle, la Soldier décida de passer à son tour à l'attaque et, effectuant une nouvelle esquive légère d'un coup de son double, bondit en un instant, frôlant le plafond de la pièce, avant de retomber, se propulsant d'ailleurs sur ce même plafond grâce à une pirouette astucieuse et gracieuse d'Elenwendë qui, se faisant, gagnait grandement en vitesse d'action lors de sa chute vers son double.

"Art de Combat : La Chute du Faucon"

Son mouvement était parfait, c'était comme si elle calculait jusqu'au mouvement de cheveux près ce qui allait se produire. En pleine chute, à pleine vitesse, Elenwendë prenait de gros risques en effectuant cette technique dès le début d'un affrontement contre un adversaire connaissait toutes ses techniques. Tout en fondant sur son adversaire, Elenwendë se rappelait des paroles de son père concernant sa technique supérieure. Il fallait qu'elle insuffle du mana dans sa technique. Facile à dire, à vrai dire, depuis le début du combat, c'était ce qu'elle essayait de faire, en vain. Et, tandis qu'elle fondait sur son double, cette dernière ne bougeait pas le moins du monde, préparant à son tour quelque chose, se munissant rapidement du fourreau de son épée. Elle fit tournoyer immédiatement autour d'elle son épée et son fourreau, créant une sorte de bouclier partiel autour d'elle, qui fut suffisant pour parer efficacement la technique d'Elenwendë qui fut repoussée au loin.

"Art de Combat : La Protection d'Hoeth"

Le combat n'était pas prêt de se terminer à cette allure. Cependant, les techniques d'Elenwendë utilisées à répétition pouvaient s'avérer très fatigantes, c'est pourquoi, Illis, qui devait s'économiser si elle voulait pouvoir atteindre cet Art de Combat Supérieur nécessaire à sa victoire devait minimiser les utilisations de ses techniques au minimum vital. C'est ainsi que le combat dura de très longues heures supplémentaires, voir même des jours, les deux étaient à bout physiquement, et ça se voyait, cependant, Elenwendë ne pouvait abandonner, la défaillance, c'est la mort, et elle se devait de vivre. Elle était la descendante d'Aenarion, et ne pouvait donc pas mourir de la main d'un vulgaire double! Les deux étaient en plein échange de coups alors qu'Elenwendë essayait toujours d'utiliser son mana pour créer un art de combat. Mais, son double profita d'un instant de faiblesse, et, parant un des coups de l'Eldar s'apprêta à lancer un de ses Arts de Combat.

"Art de Combat : La Danse des Etoiles"

Les yeux écarquillés, Elenwendë comprenait dés lors le danger qu'elle encourait avec l'utilisation d'une telle technique de la part de son double, cependant, elle ne pouvait pas vraiment utiliser de défense efficace en si peu de temps, et, à l'heure actuelle, seule la mana présente dans le corps de la Soldier lui permettait encore de demeurait debout, la fatigue mentale et physique qu'entrainait un tel affrontement était sans bornes, et il fallait en finir au plus vite. La pluie de coups majestueux allant avec l'Art de Combat lancé par le double n'allait pas se faire attendre plus d'un instant. Et, alors que le fourreau du double, masquant sa réelle lame, fondait vers Elenwendë, cette dernière semblait procéder à des mouvements étranges, semblants même assez brouillons, ce qui ne ressemblait absolument pas à la Soldier qui faisait absolument tout d'une manière gracieuse. Cependant, la danse somptueuse de son double ne semblait pas démarrer, et les mouvements d'Elenwendë étaient devenus imperceptibles, son bras droit et sa lame étaient terriblement flous, sa vitesse d'action était extraordinaire, et ces coups là n'étaient pas des leurres. Alors que son double avançait vers elle pour lui porter le terrible coup de son épée, comme pour l'achever, la future Soldier première Classe fit un pas en avant, ce qui stoppa aussitôt les mouvements de son double. Double qui l'instant suivant, semblait se désagréger, son fourreau tomba au sol en petits dés, tandis que son bras se décomposait suivant des courbes de coupes formant des signes d'une précision divine, à la beauté sans pareille, et ce, apparu l'instant suivant, sur l'intégralité du corps du double, qui disparu en une fraction de seconde, vaincu par une terrifiante technique. Utilisant ses dernières forces, Elenwendë se décida de donner un nom à sa technique.

"Art de Combat Supérieur : Le Mirage de la Faucheuse"

A peine eut-elle le temps de prononcer le nom de sa technique qu'elle s'écroula au sol, épuisée par son combat de plusieurs jours, inconsciente, presque dans le coma. Cependant, elle souriait. Elle avait réussi, et elle le savait.

Elle était devenue, une Maitresse des Epées, une Soldier de Première Classe


Dernière édition par Illis le Lun 2 Juin - 20:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Illis
Maitresse des Epées
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 38
Date d'inscription : 02/06/2008

Feuille de personnage
HP:
140/140  (140/140)
MP:
70/70  (70/70)
Competences:

MessageSujet: Re: Illis, Maitresse des Epées   Lun 2 Juin - 15:00

~¤Statistiques¤~

Arme principale :
Epée d'Hoeth, l'arme principale et unique arme d'Elenwendë, qui ne possède pas particulièrement de pouvoirs, mais permet à la Soldier d'utiliser à la perfection ses diverses techniques de combat.

Compétences :

Compétences perso:

La Fureur de la Tempête : Cet art, tout aussi somptueux à observer que les autres est un des plus offensifs d'Elenwendë. En effet, elle sacrifie la précision habituelle de ses attaques élégantes pour se focaliser uniquement sur la vitesse d'action, et donne l'impression à son adversaire que c'est une tempête qui s'abat sur lui, avec une pluie de coups. Elenwendë effectue cet Art de Combat en avançant vers son adversaire, bien souvent poussé à reculer afin de ne pas être trop touché par la pluie de lame de la Maitresse des Epées. Dès que l'adversaire entame une contre attaque ou effectuer une esquive complète d'un coup, Elenwendë stoppe l'utilisation de la Fureur de la Tempête.

La Danse des Etoiles : Art de Combat basé sur la contre attaque et la feinte, la Danse des Etoiles permet, après avoir contré une attaque au corps à corps d'envoyer une véritable pluie de coups volontairement simples à esquiver. Cependant, la Danse des Etoiles est telle, et effectuer avec tant de grâce que l'adversaire ne se rend pas compte qu'il est en fait attaquer avec le fourreau de la lame, et, cette pluie de coups avec le fourreau est en fait une feinte permettant à Elenwendë d'attaquer avec un coup direct de sa véritable lame jusqu’à 7 adversaires.

La Chute du Faucon : Elenwendë effectue un saut magistralement beau, et fond sur son adversaire, utilisant toute la vitesse octroyée par sa chute lointaine, arme en main, jouissant ainsi d'une grande puissance à l'impact. Les coups par la suite enchainé, sont envoyé avec tel force et précision qu’ils peuvent atteindre facilement la totalité des adversaires.

Spécialité:

La Brise Hivernale :
Art de combat basé sur la restriction des possibilités d'attaques à l'arme adverse. Elenwendë attaque son adversaire, et au dernier moment, modifie brutalement la trajectoire de sa lame afin d'atteindre la garde et le manche de l'arme tenue par l'adversaire. La majeure partie du temps, Elenwendë se contente de détruire la garde de l'arme uniquement, ce qui à pour but de réduire la précision des attaques adverses car la prise en main de l'arme devient plus délicate. (Style Embuche)


Drive form:

La chute étoilée :
Art de Combat basé sur la contre attaque et la feinte, la Danse des La chute étoilée permet, de multiplier la dextérité des attaques de la guerrière, tout en lui donnant une force plus localisé sur son corps, et ses points d’attaque. Rendant alors au final, la guerrière plus rapide, mais aussi plus forte au combat. Le seul problème de cet art de combat, et que son temps d’utilisation est limité a cause des capacités physiques demandés.

Invocation:


Byakko Le Lion blanc, Elenwendë l'utilise pour deux choses uniquement, en effet, outre le fait qu'il peut servir occasionnellement de monture volante grâce à son premier pouvoir, mais de plus, il se montre être un allier de choix lors des combat périlleux.


~¤Règles¤~

J'ai lu et j'approuve les règles du forum.

Signature :
Illis, Soldier 1st Class
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konstantine
Fondateur

avatar

Masculin Nombre de messages : 483
Age : 26
Date d'inscription : 22/02/2008

Feuille de personnage
HP:
650/650  (650/650)
MP:
325/325  (325/325)
Competences:

MessageSujet: Re: Illis, Maitresse des Epées   Lun 2 Juin - 22:18

Alors que dire? Si ce n'est qu'il s'agit la d'une magnifique présentation! Complète et original, une histoire bien construite sur de solide base, une présentation original, c'est donc avec contentement que je valide cette fiche^^

Je te souhaite la bienvenue parmi nous! J'espère que tu trouveras le forum a ton gouts, et que tu ferras partie de nos nombreux membres actifs! J'espère que tes RPs seront au moins a la hauteur de ta présentation, et que tu prendras du plaisir chez nous!

Bon RP, et bonne amusement sur KH RPG!

_________________
En soi, il n'existe rien de bon ou de mauvais, tout dépend de ce que l'on en pense.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Illis, Maitresse des Epées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Illis, Maitresse des Epées
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maitresse-pandore, panda 166
» Ex illis une autre facon de jouer aux figurines
» Lapin mort. Y a-t-il un médecin dans la salle ?
» EX-Illis
» [Paris by night] Selene et Sonia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.•'´¯)¸,ø¤``¤ø,¸--Kingdom Hearts RPG--¸,ø¤``¤ø,¸ (¯`'•. :: .•'´¯)¸,ø¤``¤ø,¸--Kingdom Hearts RPG--¸,ø¤``¤ø,¸ (¯`'•. :: -Présentation de votre personnage- :: -Fiches validées--
Sauter vers: