AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Grenat di Alexandros, Amour d'Alexandrie

Aller en bas 
AuteurMessage
Grenat di Alexandros
Amour d'Alexandrie
avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Age : 25
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
HP:
110/110  (110/110)
MP:
55/55  (55/55)
Competences:

MessageSujet: Grenat di Alexandros, Amour d'Alexandrie   Sam 5 Juil - 19:43

"Reine Grenat di Alexandros."

...L’on vivait une grande journée à Alexandrie, tandis que le soleil trônait haut dans le ciel, plus haut même que la plus haute tour de son château. Le vent était léger, et l’atmosphère agréable, si agréable qu’on s’y serait assoupi en plein milieu de la journée.
Et c’était ainsi que Grenat, jeune femme âgée de 17 ans s’était laissée aller dans les méandres de son imagination. Son sommeil l’avait menée dans une de ses aventures de quelques temps plus tôt, grande aventure périlleuse où beaucoup avaient souffert. Et que dire d’elle ?
La bise se promenait dans le château avec une simplicité fascinante, beaucoup de fenêtres étaient ouvertes, on profitait de ces beaux jours. Non qu’il fit souvent mauvais à Alexandrie, c’était simplement dû aux évènements précédents, les habitants devaient tenir plus à la vie que jamais. Sans doute était-ce un pareil cas pour la princesse…C’était étrange de dire « reine » car Grenat di Alexandros, cette nouvelle souveraine, bien qu’on dit qu’elle en eut l’étoffe, ne se sentait pas reine, pas plus qu’elle ne s’était sentie princesse, et probablement encore moins. Elle était jeune, courageuse, téméraire certes, mais jeune, et cela se lisait dans les yeux des autres. Prête ? Certainement pas, mais c’était une nécessité. Puis, elle était fort bien encadrée, aidée.

Elle était alors seule dans l’une de ces grandes salles. Oh bien sûr, elle suspectait que de l’autre côté de la porte entre ouverte, attendait un garde, prêt à intervenir dans tous les cas d’urgence. Et elle savait également que si il lui venait l’idée de crier le moindre petit cri, dans la minute qui suivrait, cette salle serait remplie de gardes, et il y aurait probablement aussi Beate et Steiner, les deux responsables de sa sécurité. Rôle que chacun d’eux remplissaient à merveille.
Le lit sur lequel elle était allongée était fort confortable, tant même qu’elle n’avait su résister à cette invitation au repos. Non pas que ses fonctions l’exténuaient, mais cette chatoyante journée était un délice.
La jeune fille ouvrit les yeux, découvrant au plafond, non pas un toit digne d’une petite hutte, mais un haut plafond joliment ornée, de teintes pâles, douces, apaisantes. C’était dans tout cela qu’elle vivait.
Bien sûr, ne niant pas qu’il y avait beaucoup d’avantages, il y avait également un certain nombre de chose qu’elle n’appréciait pas dans ce rythme de vie, comme par exemple le fait qu’elle savait pertinemment bien qu’il n’y aurait plus d’aventure pour la princesse Grenat, enfin la reine. Elle était chargée de hautes responsabilités, et elle ne souhaitait pas réinstaller le désordre et la peine dans les cœurs des citoyens. Non vraiment, désormais, il n’était plus possible de penser à s’évader, autrement qu’en rêve. Et bien que son aventure ait eu de bien tristes moments, elle en regrettait d’autres. Où étaient ses amis ? Elle ne le savait pas.

Elle se releva de ce lit s’étirant discrètement et cachant un petit bâillement. Elle avait bien repris le même rythme que celui d’une princesse, enfin, celui d’une reine. Elle s’approcha de la fenêtre grande ouverte, aux rideaux virevoltants, image qu’elle avait déjà tant vue. La grande Alexandrie, et son paysage offert. Grande beauté. Elle pouvait encore observer là et là quelques reconstructions, c’était un bonheur de pouvoir assister à cela. Une nouvelle ère, un nouveau départ.
Elle posa ses mains sur l’appui de fenêtre de pierre froide et sentit alors un petit frisson lui parcourir le corps. Cela aussi était agréable. Cette vie était belle. Elle lui convenait.

Quelqu’un aurait pu de loin en cet instant voir alors la reine Grenat di Alexandros admirer ce beau paysage dont elle profitait un peu chaque jour, l’appréciant à sa juste valeur.
La jolie et petite princesse. Oui, elle était petite pour une reine, et pas seulement physiquement, encore si jeune pour régner. Son visage et ses traits bien qu’ayant mûri, restaient celle d’une adolescente encore trop jeune pour ce qu’elle devait endurer. Ses cheveux soignés étaient d’un brun qui n’était pas déplaisant, ils étaient fins et bien coiffés, longs. Elle se souvenait encore de lorsqu’elle les avait coupées à l’aide cette dague, comme un changement, mais qui lui allait bien. Elle rayonnait également de par son joli teint pâle, fragile en apparence, et plus fragile qu’elle ne l’était, plus fragile qu’elle voulait qu’on le pense. Sa petite taille lui donnait presque un air d’enfant et pourtant, elle avait déjà bien grandi. C’était une jeune reine, encore peu expérimentée mais grandie et accomplie pour son jeune âge, et cela, personne ne l’aurait désapprouvé. La reine Grenat était bien plus qu’une jeune fille sans expérience et pleine d’enfantillages.
Cependant, elle ne prétendait à aucune grande maturité, elle voulait juste prendre au sérieux ce qui était nécessaire, et être sérieuse avec elle-même. Cette vie avait peut-être des airs un peu mornes, mais elle lui convenait. Grenat n’était pas si malheureuse.
Elle toisa l’horizon, espérant apercevoir un « on ne sait quoi », le monde était si grand…


"Oh Grenat…"

...Elle s’écarta de la fenêtre y jetant un dernier regard puis doucement s’installa à l’une des tables de sa chambre. Assise, elle observa d’abord ce qu’il y avait sur cette table qui lui servait parfois pour écrire certaines choses. Il y avait une plume, de l’encre, et du papier. Rien de particulier, rien d’autre. C’était simplement une table. Prise au dépourvue puisque ne sachant que faire, elle saisit cette plume, cette encre et commença à écrire ce qui lui passait par la tête. Pour elle, ce n’était pas comme une habitude d’écrire mais elle désira se remettre en tête quelque chose, et se sonder un peu sur la situation actuelle.

...Je n’ai, à vrai dire, pas grand-chose à raconter, ou du moins, le prétends-je. C’est simplement que je ne sais à qui me confier, la confidence est une chose à laquelle une princesse, ou que dis-je, une reine ne se prête pas si facilement, ou à un ami. Un ami proche.
J’ai bien cela, et même s’il en manque, j’en ai en cet endroit, je crierais à l’aide, quelqu’un viendrait mais…La confidence reste une chose difficile, et ne pas décevoir…c’est encore plus complexe.
Je n’ai pas de réel problème, que celui de parler. Il faut le dire, je ne suis pas bien bavarde ces temps-ci, mes conversations se limitent aux formalités auxquelles je me dois de répondre. Ne mélangeons pas politiques et confidences.
Ô chers amis, ne le prenez pas mal surtout mais c’est ainsi.
Je m’appelle Grenat di Alexandros, ou plutôt c’est ainsi que l’on m’a nommée lorsque je fus adoptée par le roi et la reine. Je m’appelais Sarah. Je ne répugne pas à m’appeler Grenat, car c’est avec ce nom que j’ai vécu, et je n’en ai pas honte, malgré le fait que peut-être n’ai-je pas ma place ici. Ma véritable mère est morte pour me sauver. Comment avoir honte d’une histoire pareille ? Je voudrais être Sarah, mais je suis fière d’être Grenat.
J’ai pris la place, étant fort jeune enfant, de l’enfant de mes parents adoptifs, étant décédée tout comme ma maman. C’est comme si ma maman et Sarah avaient disparu. Car j’ai ce sentiment permanent, de ne pas être cette jeune fille qui aurait dû être. Pourtant, je suis elle comme je suis Grenat. J’ai pourtant pendant un moment voulu être autre chose que cette Grenat, princesse enfermée dans une cage d’or. Je suis une invokeuse, l’une des dernières, c’est compliqué à raconter. Ce « privilège » ou don m’aida beaucoup, je ne regrette pas plus de l’être.
Grenat, Sarah ? Je ne sais pas. Je ne veux pas fuir ce que j’ai vécu.
De même, j’ai été aussi Dagga, et j’ai pris un réel plaisir à me faire appeler d’une nouvelle façon. Peut-être est-ce en Dagga que j’aurais voulu vivre. Mais tant de peine…tant de pertes…
Je me suis échappée d’Alexandrie, j’ai fui cette ville, et ma mère. Ma mère que j’ai appris par la suite à craindre, sans doute à haïr. J’ai participé et aidé à mon propre enlèvement car je souhaitais disparaître. J’ai rencontré Djidane, un voleur, et avec tout d’abord Steiner, le fidèle garde ainsi que de Vivi, ce grand mage, nous sommes partis à l’aventure et avons cherché tout d’abord à fuir.
Malheureusement, je me rendis vite compte par mon oncle, que j’avais fui un monde où il se passait bien des choses tragiques.
En effet, ma mère, la reine Branet chercha à conquérir le monde, à l’aide de cette terrible « créature » nommée Kuja. J’ai souhaité aller la raisonner et pour cela, je suis partie et ai voulu retourner à Alexandrie. Malheureusement, ma mère ne me voulut pas que du bien, et même sans doute me tuer, tout cela…pour du pouvoir.
La reine Barnet est morte et je suis devenue la reine d’Alexandrie, j’espère ne jamais être tentée par ce qui l’a tenté, qui l’a prise, qui l’a changée, et qui l’a tuée.
J’ai tant souffert et appris dans cette histoire. C’est bien dur de tout raconter.
Après les malheurs que la reine Branet et Kuja ont créé, il a fallu reconstruire tant de choses. Et j’ai dû succéder à ma « maman ». C’est étrange de succéder à pareille personne. C’est étrange de devenir reine tout simplement. Mais j’ai conscience que c’est mon devoir, et j’aime ce peuple, j’aime ces gens, j’aime ce château, à tout cela je suis attachée.
C’est étrange…Au loin il semble que l’obscurité prend place…Que se passe-t-il ?


...Grenat se leva subitement de sa chaise et courut à la fenêtre, un mauvais pressentiment alors ressenti.
Au loin en effet, s’obscurcissait le ciel…Comme si les ténèbres venaient soudain de se réveiller et prenait place à nouveau dans la vie. La ville devint silencieuse, comme morte, les bruits ne furent plus. Tous observaient.
Et soudain des éclairs s’écrasèrent sur l’horizon au loin tuant le silence et comme annonçant la terreur. Le silence pourtant parmi les citoyens régnait, comme pétrifiés par cette nouvelle.
Pétrifiée ? Grenat l’était aussi. Elle porta ses mains à son cou. Que se passait-il ?
Les ténèbres prirent de l’avance, se rapprochant, précipitant leurs lourds nuages sur la grande ville, des nuages menaçants comme on n’en avait plus vus depuis le drame. Mais toujours silence mise à part le tonnerre fracassant.
Et soudain, les yeux fermés, un grand souffle, un étouffement, un vide. Un espace vide pendant une seconde. Et puis…plus rien.
Une douleur s’en suivit, lourdement tombée au sol. Tout d’abord, elle crut à la fin d’un rêve et crut avoir chuté de son lit. Mais…
Elle ouvrit les yeux. Et…Elle n’était plus dans le château. Où ? Elle ne le savait.
Il lui fallut un petit temps pour réaliser, pour reprendre son souffle, pour se calmer. Et puis, il faisait froid, et peu chaleureux en cet endroit.
Elle se releva, observant un peu l’environ. C’était une ville, il faisait nuit. C’était à peu près tout ce qu’elle pouvait observer. Elle se rappelait Alexandrie, puis le trou noir, plus rien, puis ça. Elle était pourtant encore dans cette robe, cette robe qui ne convenait pas à ce lieu. Et elle ? Convenait-elle à ce lieu ? Certainement pas.
Comme prise de panique, elle ne sut où aller. Il faisait sombre, elle ne se sentait pas bien. Cette ruelle ne lui disait rien de bon. Alors, elle se décida à avancer, prenant son courage à deux mains. Elle ne pouvait rester là à attendre de toute façon.


"Mais où est-tu Alexandrie ? Où êtes-vous mes amis ?"

~¤Statistiques¤~



    -Arme principale: Baton Magique, un simple baton, symbole des invokeur, qu'utilise Dagga pour se battre, et faire appel a ses pouvoirs magique.

    -Compétences:

    Compétences perso:

    -Ravage d’une sirène: Dagga invoque un esprit féminin d’une rare beauté et au cri si perçant qu’il « déchire » les tempes d’une cible choisie. Il déstabilise un ennemi pendant quelques instants et le frappe sans que celui-ci puisse riposter lors de sa présence.

    -Etreinte électrique: Dagga est élevée par un autre esprit invisible qui se promène dans les environs de la jeune fille et erre avec un rire sarcastique jusqu’à trouver les 7 cibles qui sont les mieux mises, il s’en approche avec 7 de ses bras. Soudainement, il surprend ses 7 cibles par un « coup de foudre » auquel ils ne pourront pas échapper.

    -Explosion naïve: Une sphère à l’étrange consistance se forme autour de Dagga lorsqu’elle ferme les yeux et lève les bras. La sphère se met alors à gonfler jusqu’à prendre une telle proportion qu’elle englobe tous les ennemis présents tandis que les amis sont protégés volontairement. Lorsqu’elle explose avec une force surprenante, tous les ennemis seront touchés.

    Spécialité:

    -Havre de paix: Dagga puisqu’elle est dotée de pouvoir de protection performant plus que d’une autre capacité peut par 2 fois qu’elle aura choisie elle-même, lors d’un combat se protéger elle et un allié des attaques adverses à l’aide d’un bouclier infranchissable. (Style Bouclier)

    Drive form:

    -Les années passent: Dagga à l’aide de son bâton transformé se métamorphose soudainement en une semblable plus âgée et entourée d’une lumière blanche fort positive, elle est donc plus résistante et plus habile. Elle devient alors une combattante plus efficace lors du combat.

    Invocation:

    -Blanche apparition: Dagga se voit doter d’un tout nouvel allier au combat, une forme mystérieuse très lumineuse qui lui vient à l’aide lors du combat pour quelques instants. Cette forme mystérieuse est une boule de lumière blanche impalpable, très rapide et efficace. Elle ne disparaîtra que lorsque elle aura tenté sa chance.


    ~¤Règles¤~


    J'ai lu et j'approuve les règles du forum. Une fois ce-ci terminé, merci d'envoyer les mots clés trouvé dans les règles du forum et de combat a un administrateur (Konstantine).

    Signature:
    Grenat di Alexandros
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aqua
Ange
Ange
avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 27
Date d'inscription : 25/02/2008

Feuille de personnage
HP:
150/150  (150/150)
MP:
75/75  (75/75)
Competences:

MessageSujet: Re: Grenat di Alexandros, Amour d'Alexandrie   Sam 5 Juil - 21:49

Et maintenant, la soeur.

Bienvenue (encore une fiche pour moi ^^) à toi Grenat, j'espère que tu t'amuseras bien parmi nous et que tes rps seront bien jolis bien mignons (et en règles! ahah Smile)

Bon alors, cette fiche,
bien bien, en ordre, il y a tout, je dirais que le caractère n'est pas très précisément donné mais bon, on devine quand même le style de la princesse (ou la reine si tu préfères, sauf qu'ici c'est moi la reine, capiche ma biche? hihi)
Bon trève de plaisanterie, je valide, bon rp, bon amusement etc... ^^
Konstantine s'occupera de tes compétences dès qu' il le pourra ^^.

Bonne chance.

_________________
Sombres abîmes de l'âme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Grenat di Alexandros, Amour d'Alexandrie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.•'´¯)¸,ø¤``¤ø,¸--Kingdom Hearts RPG--¸,ø¤``¤ø,¸ (¯`'•. :: .•'´¯)¸,ø¤``¤ø,¸--Kingdom Hearts RPG--¸,ø¤``¤ø,¸ (¯`'•. :: -Présentation de votre personnage- :: -Fiches validées--
Sauter vers: